7 raisons pour détester le Viet Nam

7 raisons pour détester le Viet Nam

Le Viet Nam, oh là la, ce pays qui m’a tant bouleversée, chamboulée pendant le voyage avec mon mari l’an dernier. Vraiment, un pays détestable. Si si, je vous jure. Tenez, 7 raisons pour vous le convaincre. Parce que, vous savez quoi, j’ai toujours raison, moi, point barre ;- )

 

Mal à la tête à cause de trop de choix

Ah ouiiii, le Viet Nam offre tellement de belles destinations à découvrir tout au long du pays. De Ha Noi à la grande montagne Ha Giang du nord, puis descendre à la baie Ha Long, puis longer le centre, atteindre le sud avec son fabuleux delta du Mékong. A chaque fois je choppais un magazine de voyage, les photos là -bas m’enchantaient énormément. Je voulais absolument voir toutttttt. Mon mari m’a cassé l’humeur : Mais chérie, on a seulement 2 semaines de vacances !

Voilà, la guerre s’est déclenchée car il fallait choisir, trier les meilleurs coins à y aller. Mon homme a privilégié les forêts et les hautes montagnes près de Sa Pa, tandis que moi, je voulais lézarder à la plage de Phu Quoc en quelques jours.

Bref, après les batailles bien tendues, on a fait finalement un compromis entre la montagne et la plage, on restait à Da Nang, là où il y a les deux ! Fini la dispute.  

Fatiguée de faire l’énumération

La célèbre baie d’Ha Long m’a entièrement rasé le cerveau. Pourquoi ? Eh bien, j’y ai passé deux jours pour compter discrètement le nombre de tous les îles et îlots que notre croisière traversait et pour retenir leurs noms étranges.

Savez – vous qu’il suffit justement de faire ce dur travail afin de comprendre pour quelle raison elle a été classée dans la liste de 7 nouvelles merveilles du monde ? 

Chaos du régime alimentaire

Ce pays commet son plus gros crime par son arme qui vous tue dès le premier coup. Il s’agit en effet de la cuisine vietnamienne extraordinaire.

Oh que oui, je déteste sa gastronomie car ses plats sont tellement délicieux que j’ai pris 3kg, merde, 3 énormes kilos !!! après ce voyage inoubliable.

Je n’ai pas pu m’arrêter devant les bols de la super soupe Pho, des nems croquants trempés pleinement dans leur sauce de poisson succulente, des crêpes salées englobant de jolies crevettes, de la viande du porc et germes de soja, sans compter les fruits tropicaux frais, abondants.

Seul le fait de vous en parler, cela me met déjà directement de l’eau dans la bouche. C’est grave, je pense que la prochaine fois d’y retourner, je ne prendrais pas que 3kg, mais 5kg !  Tant pis pour la belle silhouette hein.

 

Où est la modernité ?

Au Viet Nam, le confort n’est pas tout le temps présent. Venez à Dong Hoi, au centre du pays, afin de vous libérer de votre dépendance matérialiste !

Certes, cette région des grottes les plus mystérieuses du monde ne connait point de progrès technologique de l’époque moderne. Les buffles y travaillent assidument encore sur les rizières !

On a pu alors avoir l’occasion de s’éloigner du brouhaha de la vie moderne pour un dépaysement complet.

Je ne suis pas contente du Viet Nam car il m’a fait goûter une fois le bonheur de sa vie rurale, pour que depuis je prenne souvent la tête avec notre vie citadine occidentale. Ahhh, j’ai hâte de retrouver ce petit coin asiat sauvage au rythme si paisible…

 

J’y ai perdu un bout du cœur !

Eh beh, 2 semaines étaient suffisantes pour faire des amis, même de très bons amis, croyez-moi. On a été hébergé chez les habitants dans le delta du Mékong, qui ont le cœur sur la main et le sourire toujours aux lèvres. Ils nous ont amenés au marché flottant à Cai Rang (Can Tho) dans leur bateau familial. Ils nous ont fait visiter les temples, les anciennes jolies maisons du coin. Lorsqu’on est parti, on avait le cœur lourd de devoir quitter ces personnes adorables, les amis généreux et sincères et dévoués.

Là, c’est vrai que je boude le Viet Nam car il nous a fait rencontrer des personnes tellement cool puis nous a laissés dans un manque cruel des moments agréables passés avec eux.

 

Changer les transports comme de chemise

Le cyclopousse le matin, la charrette au bœuf dans l’après-midi, le train le soir…Dans une même journée, on a changé 3 moyens de transports différents, sans compter plusieurs autres véhicules qu’on a pris pendant notre voyage, comme la pirogue à Ninh Binh, le sampan, la remorque au delta du Mékong, la croisière sur la baie d’Ha Long.

Ce pays a testé ma capacité de l’adaptation et ce test m’a épuisée. Mais étrangement, lors de la balade sur les boulevards parisiens, je n’ai qu’une envie terrible de me trouver dans un cyclopousse, comme à Ha Noi ou Ho Chi Minh, pour sillonner Paris de long et large. Mais c’est une super idée, n’est – ce pas ? ;- )

 

Griller mon portefeuille

Eh bah, un tas de nos amis ainsi que de nos familles nous avaient demandé des cadeaux du Viet Nam. Ok, c’était facile. Au fil du voyage, on a acheté petit à petit des souvenirs.

Mais c’est là, le problème qui s’est créé. Je déteste ce pays avec ses produits artisanaux si foisonnants, si attirants que j’y ai ruiné toute mon épargne. De très subtiles robes ao dai, aux statues de Bouddha en bois précieux sculptées finement, et des pierres rares…

Effectivement, ce pays m’a vidé la poche jusqu’au dernier sou ;- )

Si vous n’avez pas peur des disputes, la prise du poids, la gentillesse des gens, le dépaysement, la fin de votre économie, après tout, vous pourrez aller au Viet Nam, un pays absolument détestable : )

(Ecrit par une voyageuse capricieuse et difficile )